Matériel et protocoles

Pas besoin d’être lourdement équipé pour prendre part à cette expérience collaborative. Mais puisque l’étoile est invisible à l’œil nu, il faut un instrument d’observation. Au minimum, un télescope. Au maximum, la panoplie complète télescope-monture motorisée-caméra. Les photographes sont aussi conviés.

Matériel et protocoles

Nous dire si oui ou non, l’étoile a disparu est déjà une information utile ! Mais nous vous encourageons à chronométrer les heures précises de disparition et d’apparition de l’étoile avec la plus meilleure précision temporelle permise par votre matériel. C’est grâce à ces informations recueillies par chacun que l’on peut reconstruire la forme de l’astéroïde Eurybate.

Retrouvez ci-dessous dans quelle catégorie d’observateurs vous vous situez. Dans tous les cas, pensez à vérifier qu’une étoile de magnitude 8.75 à +55° de hauteur est visible avec votre équipement depuis votre site d’observation.

Consultez régulièrement cette page au fil de l’amélioration des protocoles.

Pour discuter et échanger des conseils entre participants (nous n’avons pas toutes les réponses), nous vous rappelons notre plateforme de discussion Discord.

Je rejoins le Discord

 

Catégorie 1
« A l’œil »

Equipement :

  • Une lunette ou un télescope
  • Un oculaire
  • Un œil
  • Un enregistreur sonore ou un chronomètre enregistreur

Type de données à retourner :

  • Position géographique
  • Dates de début et de fin de l’occultation (précision temporelle = demi-seconde)

Idée de protocole :

L’observateur lance un enregistrement vocal, par exemple celui de son smartphone. Sur son smartphone avec localisation GPS activée, il affiche l’heure du site time.is. Il prononce un 1er « top ! » à une heure précisément définie. Par exemple en disant : « au prochain top il sera 4h 5min et 30s… top ! » (façon horloge parlante). Il surveille au télescope la disparition de l’étoile. Attention à ce qu’elle ne sorte pas du champ ! Il prononce un 2ème « top ! » au moment précis où l’étoile disparait. Un 3ème « top » quand elle réapparaît. Puis un 4ème « top ! » à une heure précisément définie comme pour le 1er. Entre chaque « top ! » il fait le silence pour que chaque instant soit clairement discernable sur le sonogramme obtenu. Enregistrer le sonogramme.

Procédure similaire avec un chronomètre enregistreur au lieu de dire « top ! ».

Conseils :

  • S’entraîner à l’avance.
  • Rester très concentré pour ne pas se laisser surprendre par l’effet « waouh » de l’étoile qui disparaît.
  • Être deux participants permet que l’un enregistre le son pendant que l’autre scrute l’étoile.

 

Catégorie 2
« A l’eVscope »

Les astronomes citoyens d'Unistellar seront nombreux à participer. Si vous possédez un eVscope mais ne l'avez jamais employé pour une observation scientifique, l'occultation d'Eurybate est une opportunité idéale. Aidez la mission spatiale Lucy grâce à votre eVscope.

Equipement :

  • Un eVscope de la marque Unistellar

Type de données à retourner :

  • Données envoyées via l’application Unistellar.

Protocole :

L’observateur mesure l'occultation et envoie les données via l’application smartphone et tablette Unistellar.

 

Catégorie 3
« Le paparazzi »

Equipement :

  • Un appareil photo numérique (APN)
  • Un objectif de focale comprise approximativement entre 50 et 200 mm (Vérifier que l’étoile est visible en filmant ou sur des poses d’1 seconde maximum).
  • Un trépied
  • Un déclencheur photo est recommandé

Type de données à retourner :

  • Position géographique
  • Dates de début et de fin de l’occultation (précision temporelle = demi-seconde)
  • Optionnel : Courbe de lumière tracée avec le logiciel Tangra

Idée de protocole :

Régler l’horloge de son APN le plus pécisément possible (utiliser le site time.is) peu de temps avant l’observation, par exemple la journée qui précède. Viser l’étoile et faire la mise au point. L’observateur sait grâce aux prédictions à partir de quelle heure (à la seconde près) l’occultation est censée survenir pour sa position géographique. Au moins une minute avant, il commence à filmer l’étoile.

En plus de l’horloge interne de l’APN, l’enregistrement sonore de la vidéo permet de donner à l’orale un « top ! » en début de film (façon horloge parlante, voir le protocole de la catégorie 1). L’étoile est occultée. Refaire un 2ème « top ! » pour indiquer l’heure après le premier après l’occultation.

Alternative : si l’étoile n’est pas visible en mode vidéo, déclencher une rafale de photos à un instant précisément connu grâce au site time.is. La rafale doit être centrée sur le moment attendu de l’occultation. Elle peut durer typiquement une minute. Le temps d’exposition de chaque photo ne doit pas dépasser 1 seconde. Réduire la définition des photos enregistrées (opter par exemple pour un format jpg de petite taille) pour que le buffer de votre APN freine le moins possible le processus.

L’utilisateur uploade ensuite son film dans le logiciel Tangra qui lui permet d’extraire une courbe de lumière, dans laquelle la durée de l’occultation est précisément mesurée. L’observateur devra peut-être rectifier l’heure indiquée dans les métadonnées des images de son film, en fonction de son enregistrement sonore.

Conseils :

  • S’entrainer à retrouver l’étoile dans le champ et faire la mise au point. Ça n’est pas évident si le mode « live view » de votre APN n’affiche rien.
  • Pas besoin que l’étoile cible apparaissent très brillante sur vos photos : le rapport signal sur bruit peut être faible. (Seule la disparition puis l’apparition de quelques pixels comptent).
  • Être deux participants permet que l’un enregistre le son pendant que l’autre vise l’étoile.

 

Catégorie 4
« L’astrophotographe »

Equipement :

  • Une lunette ou un télescope
  • Un APN au foyer du télescope
  • Une monture (motorisée de préférence)

Type de données à retourner :

  • Position géographique
  • Dates de début et de fin de l’occultation (précision temporelle = demi-seconde)
  • Optionnel : courbe de lumière obtenue grâce au logiciel Tangra

Idée de protocole :

Régler au préalable l’horloge de son APN le plus précisément possible (utiliser le site time.is) peu de temps avant l’observation, par exemple la journée qui précède. Viser l’étoile et faire la mise au point. L’observateur sait grâce aux prédictions à partir de quelle heure (à la seconde près) l’occultation est censée survenir pour sa position géographique. Au moins une minute avant, il commence à filmer l’étoile. La grande ouverture de son instrument (comparée à un objectif photo) lui garantit que l’étoile est visible, en plus d’être suivie grâce à la monture motorisée.

En plus de l’horloge interne de l’APN, l’enregistrement sonore de la vidéo permet de donner à l’orale un « top ! » en début de film (façon horloge parlante, voir le protocole de la catégorie 1). L’étoile est occultée. Refaire un 2ème « top ! » pour indiquer l’heure après le premier après l’occultation.

L’utilisateur uploade ensuite son film dans le logiciel Tangra qui lui permet d’extraire une courbe de lumière, dans laquelle la durée de l’occultation est précisément mesurée. L’observateur devra peut-être rectifier l’heure indiquée dans les métadonnées des images de son film, en fonction de son enregistrement sonore.

 

Catégorie 5
« La panoplie complète »

Equipement :

  • Une lunette ou un télescope
  • Une caméra pilotée par logiciel
  • Une monture (motorisée de préférence)
  • Optionnel : une Timebox de la marque Shelyak pour une précision temporelle maximale. Ou une camera avec horloge GPS intégrée.*

Type de données à retourner :

  • Position géographique
  • Dates de début et de fin de l’occultation (précision temporelle = 10 à 20 ms)
  • Optionnel : courbe de lumière obtenue grâce au logiciel Tangra

Protocole :

L’observateur filme le phénomène. Une bonne connexion internet et une version récente de Windows permet d’atteindre une précision temporelle de 10 à 20 ms, ce qui est presque suffisant (Plus d’informations à venir). Il uploade son film dans le logiciel Tangra qui lui permettra d’extraire une courbe de lumière. Les dates et la durée de l’occultation sont précisément connues.

*Si vous disposez d’un moyen de datation absolue de grande précision temporelle, votre contribution nous est très précieuse. Car elle permettra de recaler les résultats des observateurs moins précis qui ont observé dans votre région géographique.