Le ciel des Nuits

Cette année encore, le ciel estival devrait nous réserver un spectacle de toute beauté : planètes, nébuleuses, galaxies… De nombreux astres seront au rendez-vous pour nous faire vivre trois soirées magiques.

Préparez vos transats et éloignez-vous des éclairages intempestifs : les 2, 3 et 4 août prochains, venez observer la beauté de la voûte étoilée, à l’œil nu, ou grâce aux instruments d’observation mis à disposition sur l’un des nombreux sites mobilisés pour les Nuits des étoiles 2019 !

***

Informations pratiques : Le Soleil se couche vers 21h30 et il vous faudra attendre un peu plus de 23h pour être dans la nuit noire.
Planètes observables : Jupiter et Saturne.

 

Le bal des planètes

Le spectacle commence autour de 21 h 30, lorsque le Soleil se couche à l’horizon ouest-nord-ouest. Guettez dès lors en direction du sud, environ 19° au-dessus de l’horizon, et tentez d’observer les premières lueurs de la planète Jupiter, la géante de gaz aux reflets orangés. Au travers d’une lunette ou d’un télescope, vous pourrez même distinguer les quatre satellites galiléens – Io, Europe, Ganymède et Callisto – en orbite autour de la planète. Jupiter sera visible durant toute la première partie de la nuit avant de se coucher vers 02 h 15 du matin.

Après avoir trouvé et observé Jupiter en début de soirée, vous pourrez dès lors chercher la deuxième planète visible lors des Nuits des étoiles : Saturne, la géante aux anneaux. Aux alentours de 22 h 00, elle sera située à environ 13° au-dessus de l’horizon sud-sud-est et atteindra une altitude maximale de 19° vers minuit, en direction du sud. Aux travers d’une lunette ou d’un télescope, vous pourrez tenter d’observer ses anneaux, qui prennent la forme de petites oreilles de part et d’autre de la planète. Saturne sera observable une bonne partie de la nuit, avant de se coucher vers 03 h 00 du matin.

 

Les astres de l’été

Au-delà des planètes géantes qui seront visibles durant ces trois soirées, vous pourrez bien sûr observer les étoiles et constellations classiques du ciel de nuit estival. Repérez les brillantes étoiles formant le Triangle de l’été, composé de Véga (de la constellation de la Lyre), de Deneb (du Cygne) et d’Altaïr (de l’Aigle). Véga, la plus brillante des trois étoiles, se situe très haut dans le ciel, tout proche du zénith ; elle sera donc facilement repérable tout au long de la nuit.

Enfin, si vous êtes suffisamment protégés de l’éclairage urbain, qui masque malheureusement une bonne partie des étoiles du ciel, vous pourrez discerner la lueur blanchâtre de la Voie Lactée, qui traverse le ciel du nord au sud. La galaxie d’Andromède notamment mais aussi de nombreux amas et nébuleuses peuvent être observés à l’aide d’un télescope, si vous avez l’occasion d’en utiliser un !

 

Les Perséides

Les Perséides sont les poussières de comète à l’origine de l’expression romantique des « Larmes de Saint-Laurent ». Ces étoiles filantes sont en réalité des poussières échappées de la queue de la comète Swift-Tuttle, qui croisent la trajectoire de la Terre chaque année du 17 juillet au 24 août. Ces poussières de comète sont visibles sous forme de traînées lumineuses très brillantes quand elles entrent dans notre atmosphère terrestre.

Les scientifiques les appellent « météores », et leur nombre varie selon les années. Ces météores, petits objets solides, cailloux rocheux ou poussières minuscules voyagent parfois en essaims, espacés entre eux de quelques dizaines à quelques centaines de kilomètres.

En pénétrant l’atmosphère terrestre, ces petites poussières produisent des traînées lumineuses que l’on peut observer à l’œil nu. Lancées à plus de 200 000 km/h, les Perséides peuvent alors atteindre une température de près de 1 700 degrés et s’illuminent à environ 115 km d’altitude.

En une année, 100 000 tonnes de poussières brûlent ainsi dans l’atmosphère. Les Perséides sont parmi les plus anciennes repérées ; des relevés ont été établis en Chine dès l’année 36 après J.-C. et les premiers rapports européens connus datent de 811.