Mars, petite sœur de la Terre

On appelle Mars la “petite sœur” de la Terre car dans un passé lointain (3,8 milliards d’années), le climat de Mars était semblable à celui de la Terre, où la vie était en train d’apparaître. Mais aujourd’hui, les deux planètes sont bien différentes : l’une regorge de vie tandis que l’autre est un désert glacé et poussiéreux.

Mars et la Terre sont des planètes qui ont été créées en même temps il y a 4,6 milliards d’années. Il est désormais établi que l’activité volcanique de la planète Mars est quasiment éteinte, laissant à sa surface des traces de son activité, comme “figée” dans le temps. Car en l’absence de tectonique des plaques et avec une faible érosion par le vent, la surface de Mars n’a pas bougé dans le temps, mis à part les impacts d’astéroïdes. La surface de Mars équivaut à l’ensemble des terres émergées de la Terre. Surface qui présente des similitudes avec les reliefs terrestres, puisqu’on y trouve des volcans, des plateaux et des canyons (voir Mars la rouge).

Vue d'artiste de Mars il y à 4 milliards d'années. Crédit : ESO/M. Kommeser 

L’eau sur Mars

Vue de la calotte polaire australe de Mars
Crédit : NASA , J. Bell and M. Wolff.

Il a été communément admis que de l’eau liquide a coulé sur Mars. C’est en tout cas ce que laissent à penser les traces de rivières et de lacs asséchés, visibles depuis les orbiteurs. Des graviers présentant des formes suggérant un transport aquatique et non transporté par le vent ont été trouvés par le robot Curiosity en 2012 et c'est ce même robot qui, en 2013, lors de l’analyse d’un échantillon de sol martien, a détecté la présence d’argile, qui se forme au contact de l’eau sur une longue période sur Terre. De l’eau existe sur Mars, mais sous forme de glace au niveau des calottes polaires et dans le sous-sol et en infime quantité dans l’atmosphère. Cette glace serait probablement le reste de l’eau liquide qui a gelé lorsque la planète s’est refroidie. En hiver, par-dessus cette couche de glace, s'ajoutent des plaques de dioxyde de carbone.

Une hypothèse de la disparition de l’atmosphère martienne

L'atmosphère de Mars, vue depuis la sonde Viking 1
Crédit : NASA

Mais si l’eau ne peut exister à l’état liquide, c’est parce que la pression et la température à la surface de Mars sont trop faibles. Ces conditions sont directement liées à l’atmosphère, qui est bien trop fine pour permettre des conditions favorables à de l’eau liquide, car la pression atmosphérique est trop basse. Des sondes sont actuellement en train d’étudier l'atmosphère de Mars : MAVEN travaille sur les mécanismes de la quasi-disparition de l’atmosphère martienne, tandis que la sonde TGO de la mission ExoMars étudie et détermine l’origine des gaz présents dans l’atmosphère (voir Les missions en cours).

Une des raisons qui pourrait avoir causé la quasi-disparition de l’atmosphère martienne serait les vents solaires, qui l’auraient arraché à sa planète. Ces mêmes vents solaires nous affectent aussi, mais nous sommes protégés par un champ magnétique, que Mars ne possède plus. En effet, c’est l’activité interne d’une planète qui créée, ou non, un champ magnétique, or de ce que nous savons sur Mars, cette activité est quasiment nulle.

La sonde InSight, avec à son bord un sismomètre, va pouvoir “écouter” les mouvements internes de la planète afin de comprendre comment la dynamo martienne a pu s’arrêter.

La planète Mars, figée dans le temps comme elle l’est, nous offre les vestiges d’un passé qui était autrefois le nôtre dont nous avons perdu la trace du fait de l’activité géologique de notre planète. Mieux comprendre son évolution nous permet de mieux comprendre comment la Terre a évolué depuis plusieurs milliards d’années.

M.C.