Le thème des Nuits

Mars, la recherche de la vie dans l’Univers et la protection du ciel nocturne seront les thèmes centraux de la 30ème édition des Nuits des étoiles.

Le 13 octobre prochain, Mars sera au plus près de la Terre, à « seulement » 63 millions de kilomètres de notre planète ; c’est ce que les astronomes appellent une « opposition martienne » (Mars est située exactement à l’opposé du Soleil par rapport à la Terre sur l’axe Soleil-Terre-Mars). Cette période particulière est une aubaine à la fois pour les astronomes amateurs, qui ne manqueront pas d’observer la planète rouge sous toutes les coutures, comme pour les agences spatiales, qui y voient une opportunité pour envoyer leur mission à destination de Mars à moindres frais.

C’est pour cette raison que, au court de l’été, deux missions à destination de la planète rouge s’élanceront de leur pas de tir : la mission américaine Mars 2020 devrait décoller le 20 juillet prochain, tandis que Tianwen-1, la mission chinoise, attendra trois jours de plus pour prendre son envol, prévu donc pour le 23 juillet. Enfin, initialement prévue pour cet été aussi, la mission européenne ExoMars attendra finalement la prochaine opposition martienne de 2022 pour prendre la direction de notre planète voisine.

"Mars, 50 ans d'exploration", une vidéo du CNES :

Mars 2020 sera d’ailleurs la première mission spatiale à concentrer l’essentiel de son attention sur la quête de vie passée sur un autre astre que la Terre. Pour ce faire, elle y déposera un nouveau rover, baptisé Perseverance, qui analysera d’une part des échantillons de roches à la surface de Mars, mais aussi son atmosphère, pour y déceler des traces d’une possible vie microbienne passée. En effet, il y a environ 4 milliards d’années, les conditions climatiques sur la planète rouge auraient été beaucoup plus propices qu’aujourd’hui, et auraient pu théoriquement conduire à l’émergence d’une forme de vie à sa surface ; l’atmosphère était plus épaisse, les températures plus élevées, et l’eau liquide coulait en abondance en surface.

Mais bien que Mars représente une destination de choix pour y déceler de possible traces de vie passée (de par sa faible distance par rapport à la Terre), ce n’est pas le seul astre sur lequel la vie aurait pu éclore : les satellites de Jupiter et de Saturne, mais aussi certaines exoplanètes situées dans la zone habitable de leur étoile sont des candidats tout aussi pertinents.

 

Enfin, les Nuits des étoiles 2020 seront aussi l’occasion de se pencher sur la question de la protection du ciel nocturne. Outre les éclairages artificiels extérieurs toujours omniprésents près des grandes agglomérations, une nouvelle forme de pollution lumineuse est en train de prendre de l’ampleur dans notre ciel de nuit : celle produite par les satellites artificiels Starlink lancés massivement depuis 2019. En l’espace de seulement un an, ce ne sont pas moins de 600 satellites qui ont été placés sur orbite basse autour de notre planète, striant le ciel de trainées lumineuses intempestives et réduisant la qualité des observations astronomiques. L’AFA, au travers des Nuits des étoiles, vise à sensibiliser le grand public au sujet de la dégradation de la qualité du ciel nocturne.

Crédit : Mike Lewinski

CP