Le ciel de février

du 12 au 20 février

À partir de 19 h, lorsque le ciel devient bien noir, les principales étoiles telles que Bételgeuse, Rigel, Sirius, Procyon ou encore Capella, apparaissent alors sur la voûte céleste.

Le ciel d’hiver est très intéressant car les nuits sont plus longues qu’en été et permettent donc de profiter d’une plus grande portion de ciel nocturne que durant la période estivale. Les constellations d’Orion, du Taureau, mais aussi de la Grande Ourse, Cassiopée ou encore des Gémeaux sont parfaitement observables, à l’œil nu, durant la majeure partie de la nuit.

Mars apparaitra haut dans le ciel durant cette semaine de février, un fois le Soleil couché, bien au-dessus de l’horizon sud-sud-ouest. Impossible de se tromper : sa couleur rougeâtre permet de la reconnaître instantanément. Et contrairement aux étoiles, Mars ne scintille pas !

Mars © NASA

Non loin de la planète rouge, un peu plus au sud, mais aussi un peu plus haut dans le ciel, se trouve l’amas ouvert des Pléiades avec ses six ou sept étoiles visibles à l’œil nu, dépendant des conditions atmosphériques du moment d’observation. Cet amas, situé à 444 années-lumière de la Terre, est en fait constitué de plusieurs milliers d’étoiles, dont plusieurs centaines peuvent être descellées au travers d’une paire de jumelles.

Plus vers l’ouest, il vous sera possible d’observer l’objet le plus lointain visible à l’œil nu : la galaxie d’Andromède. Cette petite tache floue est en effet située à 2,5 millions d’années-lumière ! Avec une paire de jumelle, il vous sera possible d’observer le centre de la galaxie, qui prend l’aspect d’une boule lumineuse compacte et diffuse.

Enfin, d’autres objets du ciel profond seront visibles, à l’œil nu ou au travers d’une paire de jumelles. C’est le cas de l’amas ouvert des Hyades (au sud-ouest), des amas M 41 (au sud) et M 44 (au sud-est), ou encore des galaxies M 81 et M 82 dans la constellation de la Grande Ourse.