Les Conférences

Toute l'actualité du ciel et de l'espace

Plus de trente conférenciers qui font l’actualité astronomique et spatiale vous convient à un voyage extraordinaire jusqu’aux frontières de la connaissance. Il y est question de cosmologie, d'espace, de planétologie, d'histoire des sciences, de physique fondamentale, de biologie... Connus pour leur faconde, leur propension à nous faire vivre les découvertes, leur aptitude à expliquer simplement des concepts difficiles... ou tout simplement leur passion, les orateurs des Rencontres sont des scientifiques, des spécialistes.

Impossible de tout suivre, il vous faudra faire votre parcours au sein des Rencontres tant l'offre est importante. Les conférences se déroulent dans les amphithéatres Louis Armand ou Gaston Berger, sur une durée d'une heure, le placement est libre.

Jeudi 1er novembre

11:00 Salle Louis Armand
Contempler et comprendre les plus beaux événements astro de 2019   Emmanuel BEAUDOIN

Résumé : Combien d'éclipses de Lune aurons-nous la chance d'admirer en 2019 ? Où et quand pourrons-nous voir le superamas Laniakea ou encore la planète naine Cérès, simplement aux jumelles ? Quel phénomène exceptionnel ayant lieu à l'automne ne se reproduira plus avant 2032 ? Ensemble, nous allons découvrir quelques-uns des plus beaux spectacles célestes de l'année à venir... et profiter de ceux-ci pour arpenter et comprendre l'Univers. Une véritable avant-première pour la sortie de l’Almanach 2019 de Ciel et Espace !

11:15  Salle Gaston Berger
Que voit-on réellement du Big-bang ? Jean Loup Puget

Résumé : 

13:00 Salle Louis Armand
L'extravagante pluralité des mondes David FOSSE

Résumé :La découverte des premières planètes autour d'autres étoiles il y a un peu plus de vingt ans a été à la fois un soulagement et un choc. Un soulagement car elle répondait à une question plusieurs fois millénaires : existe-t-il d'autres mondes dans l'univers ? Un choc, aussi, car ces exoplanètes étaient bien différentes de ce à quoi l'on s'attendait... Planètes incandescentes, géantes qui s'évaporent, « super-Terre », systèmes ultra-compacts, mais aussi planètes « habitables » : avec près de 4000 planètes extrasolaires découvertes à ce jour, notre bestiaire s'est bien étoffé. Serions-nous sur le point de pouvoir répondre à cette autre question multi-millénaire : sommes-nous seuls dans l'univers ?

13:15 Salle Gaston Berger
 L’insoutenable gravité de l’Univers  Gabriel CHARDIN

Résumé : Les physiciens sont face à une énigme : leur modèle standard de l’univers marche plutôt bien, mais fait appel à un contenu très étrange : environ 70% d’énergie noire, accélérant l’expansion de l’univers, et environ 25% de matière noire, mais seulement 5% environ de matière ordinaire. Se pourrait-il que notre description de l’univers soit fausse et que nous soyons en fait dans un univers matière-antimatière, où l’antimatière de masse gravitationnelle négative se trouve confinée dans de grands nuages froids d’antihydrogène, dans ce que nous appelons les « vides » intergalactiques. Je décrirai les arguments qui rendent cette hypothèse attractive, et les trois expériences au CERN qui préparent actuellement la mesure de la masse gravitationnelle de l’antihydrogène.

14:15 Salle Louis Armand
Des disques proto-planétaires aux planètes géantes jeunes: les résultats de l’instrument SPHERE, Anthony BOCCALETTI

Résumé : SPHERE est un instrument installé au Very Large Telescope, conçu pour l’imagerie à très haut contraste et à très haute résolution angulaire. En effectuant un très grand relevé de plus de 200 nuits d’observation, SPHERE étudie les systèmes exo-planétaires en infrarouge proche et dans le visible.  Après une courte introduction sur la technique d’imagerie haut contraste, je présenterai quelques résultats parmi les plus emblématiques. Outre les images de planètes géantes jeunes permettant de sonder l’atmosphère de ces objets, SPHERE a permis de découvrir de nombreuses structures, certaines énigmatiques, dans des disques proto-planétaires et des disques de débris. Ces structures de poussières pourraient être générées par la perturbation dynamique de planètes encore non découvertes. De fait, l’imagerie directe offre une possibilité unique pour comprendre la formation des systèmes planétaires et leur évolution.

14:30 Salle Gaston Berger
De Mars et Rosetta, à Hayabusa, vers MMX : la traque de "l'émergence" de la vie s'accélère... par Jean-Pierre Bibring

Résumé :

15:30 Salle Louis Armand
Les défis techniques du satellite Bepi-Colombo, première mission européenne vers Mercure par Didier MORANCAIS

Résumé : Mercure demeure la planète la plus mystérieuse de notre système solaire interne. BepiColombo, la première mission européenne en direction de Mercure, débutera son voyage vers la planète tellurique la plus petite et la moins explorée de notre système solaire, en octobre 2018. Cette mission est composée de deux différents orbiteurs : le Mercury Planetary Orbiter (MPO, développé par l’ESA) et le Mercury Magnetospheric Orbiter (MMO, développé par la JAXA). Maître d’oeuvre de la mission pour le compte de l’ESA, Airbus est chargé de la conception et de la réalisation de l’orbiteur MPO et de tous les autres composants européens. Située à «seulement» 58 millions de kilomètres du Soleil, Mercure présente des difficultés particulières pour tout visiteur spatial. La sonde en orbite doit donc non seulement supporter l’immense chaleur du Soleil, mais aussi le rayonnement infrarouge émis par la planète surchauffée, nécessitant des solutions innovantes. Les surfaces externes de l’orbiteur MPO sont recouvertes d’une isolation multi-couches le protégeant des températures élevées, le panneau solaire est conçu pour résister à des températures allant jusqu’à 190°C, et un système de propulsion électrique, spécialement développé pour la mission, permet un ralentissement de 4 km/s.

15:45 Salle Gaston Berger
L’étoffe de nos rêves et de l'univers  David ELBAZ et Alain DESTEXHE

Résumé :  Tout a commencé avec la découverte d'un bruit de fond, celui de l'univers et celui de l'électro-encéphalogramme d'un cerveau.  Qu'y a-t-il de commun entre notre cerveau et l'univers, entre nos rêves et nos théories ? Les dernières découvertes sur le cerveau et l'univers ouvrent à un dialogue prometteur qui nous conduira à écouter la musique des neurones. 

17:00 Salle Louis Armand
Que l'astronomie gravitationnelle commence !  Fabien CAVALIER

Résumé : Le prix Nobel de physique 2017 a été décerné pour la première détection des ondes gravitationnelles effectuée en 2015 avec les détecteurs américains Advanced LIGO, provenant de la fusion de deux trous noirs.
En Aout 2017, le détecteur européen Advanced Virgo a pris des données en commun avec LIGO, permettant la première détection du signal provenant d'une coalescence d'étoiles à neutrons. De plus, un sursaut gamma vu par le satellite Fermi a pu être associé à cet événement. La précision sur la localisation de la source, obtenue grâce aux signaux gravitationnels, a permis de détecter très rapidement une contrepartie optique qui a pu être étudiée en détails pendant plusieurs semaines. Après une présentation de la découverte historique, je présenterai les observations effectuées pendant cette seconde prise de données qui permettent de jeter un nouvel éclairage à la fois sur la Relativité Générale et sur certains phénomènes astrophysiques violents.

17:15 Salle Gaston Berger
Le défi du voyage vers les étoiles   Débat animé par Alain Cirou, directeur général de l’AFA et de la rédaction de Ciel et Espace.
Avec la participation exceptionnelle de Pete Worden, directeur de Breakthrough Starshot, de Nicolas Prantzos, astrophysicien à l’Institut d’Astrophysique de Paris, Stéphane Mazouffre, directeur de recherche au CNRS Orléans, laboratoire ICARE et Pierre Kervella, astronome à l’Observatoire de Paris.

Résumé : Après l’exploration du Système solaire, des projets nouveaux visent l’espace interstellaire et les étoiles les plus proches. Quels sont ces projets et sont-ils réalistes ? Nous prendrons pour démarrer l’exemple du projet Breakthrought Starshot dont l’objectif est d’atteindre l’étoile Alpha du Centaure. Que savons-nous de cette destination ? A quoi ressemble l’environnement de cette étoile ? Quelles sont les technologies en concurrence pour voyager rapidement dans le Système solaire ? Entre et vers les étoiles ? Quelles propulsions sont étudiées ? Les propulseurs à effet Hall. Qu’est ce qui est crédible ? Qu’est-ce qui est du domaine du fantasme et de la science fiction ? Les défis du voyage à grande distance : les communications, les bombardements cosmiques, la vitesse, etc… Quelles sont les bornes à franchir pour aller plus loin ? Quelle science pourrait-on faire dans l’espace lointain ?...

18:15 Salle Louis Armand
Apollo 8, ou la Terre vue d'ailleurs   Philippe HENAREJOS 

Résumé : Le 24 décembre 1968, le rêve de Jules Verne se réalise : pour la première fois, trois hommes survolent la face cachée de la Lune au cours de la mission Apollo 8. Quelques heures plus tard, ils découvrent... la Terre qui se lève au-dessus de l'horizon lunaire. A partir des témoignages directs des membres de l'équipage, voici le récit de ce voyage historique, accompli voici un demi-siècle, en prélude à l'atterrissage d'astronautes à la surface de la Lune.

18:30 Salle Gaston Berger
Parker Solar probe : une mission pour "toucher le soleil"​   Milan MAKSIMOVIC

Résumé :  Le sonde de la NASA qui doit étudier le Soleil en s'y approchant plus près qu'aucun autre engin terrestre passera début Novembre 2018 par son premier périhélie autour du Soleil, à environ 30 rayons solaires de la surface de notre astre. Durant  cette conférence je décrirai l'historique de cette mission, à laquelle participent plusieurs laboratoires français, ses enjeux scientifiques ainsi que l'instrumentation qui devrait nous permettre de comprendre les mécanismes d'accélération de vent solaire et du chauffage de la couronne. Si tout se passe bien, je présenterai les toutes premières données de mises en route des instruments qui auront lieu en septembre 2018.

Vendredi 2 novembre

10:30 Salle Gaston Berger
Sursauts gamma et ondes gravitationnelles  Frédéric DAIGNE 

Résumé : « Les sursauts gamma sont les phénomènes lumineux les plus brillants connus dans l’Univers. De très courte durée, le pic de leur émission se situe dans le domaine des rayons gamma. Je présenterai les principales observations permettant de décrire ces phénomènes, puis j’expliquerai l’interprétation physique qui en est faite : les sursauts gamma sont associés à des phénomènes particulièrement extrêmes, liés à l’éjection relativiste de matière après la formation d’un nouvel objet compact, étoile à neutrons ou trou noir. Je montrerai que leur luminosité très élevée permet de les observer à très grande distance et donc de les utiliser comme outils pour la cosmologie. Enfin, je décrirai la connexion forte entre l’étude des sursauts gamma et celle des contreparties lumineuses aux ondes gravitationnelles, en revenant en particulier sur la première détection conjointe de l’émission gravitationnelle d’une coalescence d’étoiles à neutrons et d’un sursaut gamma en août 2017.  

10:45 Salle Louis Armand
Des exoplanètes aux trous noirs : MATISSE, une aventure humaine Pierre CRUZALEBES

Résumé :  Fruit d'une collaboration de plus de 12 ans entre les ingénieurs et les astronomes européen de France, Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Hongrie et de l'ESO, MATISSE (Multi-AperTure mid-Infrared SpectroScopic Experiment) est aujourd'hui l'instrument interférométrique le plus puissant au monde dans le domaine de l'infrarouge moyen. Installé sur le Very Large Telescope (VLT) du Mont Paranal au nord du Chili, il permet de sonder l'environnement des jeunes étoiles où se forment les systèmes planétaires, les enveloppes de poussière autour des étoiles à différentes étapes de leur évolution, ainsi que l'environnement des trous noirs supermassifs situés au centre des galaxies.

11:45 Salle Gaston Berger
Faire de la géologie de terrain sur Mars avec les robots de la Nasa Pierre THOMAS

Résumé : Spirit s'est posé dans des terrains volcaniques, mais a pu montrer qu'il s'agissait d'un volcanisme en interaction permanente avec de l'eau. Opportunity s'est posé dans des terrains sédimentaires faits de grès et d'argiles. La morphologie des affleurements a montré que ces sédiments s'étaient déposés dans ou en bordure de mares peu profondes remplies d'eau salée et acide. (Multi-AperTure mid-Infrared SpectroScopic Experiment)
Pendant ses trois premières années, Curiosity a traversé des sédiments déposés par de l'eau liquide, ni salée ni acide. Ces sédiments correspondent à un delta torrentiel arrivant dans un lac. Les gros éléments de ces sédiments montre que la croute martienne locale est formée de roche magmatique. Depuis, Curiosity roule sur des sédiments plus anciens, argileux, déposés dans un lac tranquille, peu profond et s'asséchant parfois. Ces sédiments contiennent parfois des composés carbonés dont l'analyse est rendue difficile par la présence de perchlorates.

12:00 Salle Louis Armand
Que va-t-on apprendre avec le James Webb Space Télescope ?​  Pierre GUILLARD

Résumé : Le JWST, dont le lancement est prévu en 2020, est un télescope spatial de 6,5m de diamètre optimisé pour l'infrarouge.  Je donnerai brièvement quelques dernières nouvelles de l'avancement de la mission, puis résumerai ce que l'on pense apprendre sur les trois grandes questions astrophysiques suivantes : 
- Quelle est la composition chimique des atmosphères exoplanétaires?
- Comment procède la formation d’étoiles ?
- Comment les premières étoiles et galaxies se sont-elles formées?

14:15 Salle Gaston Berger
Trous noirs et gravitation quantique  Aurélien BARRAU

Résumé : La théorie d’Einstein est magnifique et remarquable mais elle n’est pas « complète ». Il faut aller au-delà pour prendre en compte la physique quantique. Je présenterai les idées générales de la gravitation quantique et l’image révolutionnaire à laquelle elle mène quand on l’applique aux trous noirs et au Big Bang. Nous étudierons la nouvelle image du monde qui se dessine et interrogerons sa légitimité et sa crédibilité. 

14:00 Salle Louis Armand
Le Catalogue Gaia  : une moisson de données par François MIGNARD

Résumé :   Le 25 avril dernier, l'ESA et le consortium européen DPAC ont livré la seconde version des résultats produits par les observations du satellite Gaia. Par la diversité des données, leur volume et surtout l'extrême précision de l'astrométrie et de la photométrie, c'est une date importante de l'histoire de l'astronomie qui s'est écrite. 
Conçu avant tout comme un instrument destiné à la recherche de pointe en astronomie pour l'étude de la Voie Lactée et la physique des étoiles, il se trouve que l'étendu du relevé effectué par Gaia et l'accès public de la base de données permettent à tous les passionnés d'astronomie d'accéder sans trop de difficultés aux meilleurs données existantes, que ce soient des positions, des distances, des vitesses radiales ou des grandeurs photométriques pour toutes les catégories d'étoiles et même des quasars situés aux confins de l'Univers.
Au cours de cette conférence je reviendrai sur la genèse de cette mission spatiale, ses objectifs et sur le contenu et la qualité des données livrées en 2018. Enfin je donnerai quelques exemples d'utilisation pour des amateurs.

15:15 Salle Louis Armand
La vie ailleurs que sur la Terre : les limites de la science, de sa médiation, et la science fiction...par Hervé COTTIN

Résumé : De l'eau (liquide), du carbone et de l'énergie. Il suffirait, entend-on dire, que ces trois ingrédients soient réunis pour que la vie apparaisse.  Mars a donc été habitée, les océans enfouis des satellites glacés (Europe, Encelade...) sont peuplés de bactéries ou de poissons, et  l'univers tout entier grouille de vie !  Peut-être bien.... Mais à ce jour nous sommes toujours seuls dans l'univers. Au cours de cet exposé j'essaierai de démêler les progrès bien réel de la recherche concernant les origines de la vie et la quête d'une vie extraterrestre, de notre immense et impatient espoir de trouver de la vie ailleurs que sur notre planète.

15:30 Salle Gaston Berger
InSight: 24 jours avant l’atterrissage dans les plaines d’Elysium Philippe LOGNONNE

Résumé : Dans 24 jours, la mission InSight de la NASA se posera sur Mars. L’objectif de cette mission est de déployer sur la planète rouge le premier observatoire géophysique et météorologique. Son objectif, écouter Mars, tant avec un sismomètre qui sera à l’affut des séismes ou impacts de météorites qu’avec un capteur de pression très sensible qui lui cherchera les signaux infrasonores émis par de processus atmosphériques.  Et avec ces signaux, déterminer la structure interne de la planète, depuis la croute jusqu’au noyau, afin de pouvoir enfin comparer la structure interne de Mars avec celle de la Terre et de mieux comprendre ainsi formation et évolution des planètes telluriques.

16:45 Salle Louis Armand
Le nouvel âge spatial : de la guerre froide au New Space par Xavier PASCO

Résumé : 

17:00 Salle Gaston Berger
(G)astronome: de l'assiette aux galaxies  Raphael HAUMONT et Hervé DOLE

Résumé : Quel rapport entre gastronomie, astronomie, cuisine innovante, cosmologie, gâteau au chocolat, expansion de l’univers, bulle de savon, île flottante, gravitation, vinaigrette et exploration spatiale ? La science, pardi ! Deux enseignant-chercheurs de l’université Paris-Sud – l’un physico-chimiste, l’autre astrophysicien – dialoguent et échangent de manière décontractée et ludique (avec des petites expériences en direct) autour de grandes questions concernant l’alimentation de l’humanité, l’origine de l’univers, et l’universalité des lois de la physique. Entre autres.

18:15 Salle Gaston Berger
Les extraordinaires résultats de Cassini  Cécile FERRARI

Résumé : Le plongeon de la sonde Cassini dans la planète Saturne le 15 Septembre 2017 a marqué la fin de cette mission exceptionnelle. Treize années de collecte de données ininterrompue sur la planète, ses anneaux impressionnants et son cortège bigarré de satellites. Questions résolues, énigmes persistantes et autres découvertes seront au programme de cette conférence;

18:00 Salle Louis Armand
A la découverte d'autres mondes : sommes-nous seuls dans l’univers ? Emeline BOLMONT

Résumé : Que nous apprend la recherche des planètes autour d’autres étoiles que notre soleil sur notre place dans l’univers ?  La recherche des exoplanètes est une discipline qui a pris son envol il y a un peu plus de 20 ans et nous avons découvert aujourd’hui plus de 3000 planètes dans notre voisinage. La diversité des planètes et systèmes observés a été une des grandes découvertes du domaine : les exoplanètes existent dans toutes les tailles et leurs systèmes sont souvent très différent du nôtre. Représentatif de cette diversité, la première exoplanète détectée autour d’un soleil était une planète de la taille de Jupiter mais située extrêmement proche de son étoile : une configuration très différente à celle de notre système solaire !  Bien sûr, dans la recherche de ces planètes, il y en a certaines qui ont un attrait particulier pour l’humanité́ : celles qui sont placées à la bonne distance de leur soleil, ni trop chaudes ni trop froides et qui peuvent potentiellement avoir de l’eau liquide à leur surface. Ces planètes sont les meilleurs candidats hors de notre système solaire pour accueillir la vie telle que nous la connaissons sur Terre. Allons-nous donc pouvoir bientôt découvrir la vie sur une de ces planètes ? Peut-être, mais dans tous les cas, ce sera très difficile !

Samedi 3 novembre

11:00 Salle Gaston Berger
Mars, la nouvelle vague François FORGET

Résumé :  Une nouvelle vague d'exploration robotique de la planète Mars a commencé en 2018 avec les premières observations du Trace Gas Orbiter de l'ESA, l'atterrisseur INSIGHT (NASA-CNES), et en 2020-2022 une flottille regroupant les rovers Exomars (ESA), Mars 2020 (NASA) et d'ambitieuses missions chinoises, indiennes, japonaise, et des Emirats Arabes Unis. En attendant l'homme ?

11:15 Salle Louis Armand
 Origines de l'univers avec Planck et Euclid  Hervé DOLE

Résumé :  Depuis toujours, la nuit noire constellée d’étoiles fascine, émeut, émerveille, inspire ou effraie. D’où vient la nuit noire ? Quelle est l’origine de l’univers ? Comment peut-on aborder les questionnements sur l’univers de manière scientifique ? Avec quels moyens théoriques et observationnels ? Quel est le contenu de l’univers ?
Nous verrons qu’il existe une faible lumière diffuse dans la nuit qui baigne l’Univers (et qui “illumine” légèrement la nuit), et qui nous renseigne sur son passé tumultueux, depuis quasiment le Big Bang. J’évoquerai ainsi ce rayonnement fossile, le fond cosmologique, et en particulier les dernières découvertes effectuées grâce au satellite européen Planck. J’aborderai aussi les grandes perspectives que la mission européenne Euclid ouvrira en étudiant des milliards de galaxies afin de mieux comprendre la matière noire et l’énergie sombre. J’évoquerai en outre le rôle majeur des universités et organismes français et européens dans la recherche mondiale.

13:15 Salle Gaston Berger
Le système planétaire TRAPPIST-1: une porte vers l'étude d'exoplanètes potentiellement habitables   Michaël GILLON

Résumé :En février 2017 fut annoncée la découverte d'un système planétaire exceptionnel composé de sept planètes similaires en taille à la Terre en orbite autour d'une petite étoile proche. Ce système, baptisé TRAPPIST-1 du nom du télescope belge qui l'a découvert, focalise depuis l'intérêt des astronomes et des astrobiologistes. En effet, au moins trois de ses planètes orbitent dans la zone dite "habitable" de l'étoile, et toutes se prêtent particulièrement bien à des études approfondies de leurs compositions atmosphériques par les télescopes géants de prochaine génération tel que le télescope spatial James Webb. De telles études pourraient non seulement nous en apprendre beaucoup sur la nature des planètes, mais pourraient aussi révéler l'existence d'une activité biologique à leurs surfaces. Lors de cette conférence, l'astronome Michaël Gillon, découvreur principal du système, fera le point sur son étude et sur les perspectives passionnantes qu'elle soulève

13:30 Salle Louis Armand
 Nouvelle Aquitaine: Pays de l’impact de l’astéroïde Philippe LAMBERT 

Résumé :  Le territoire de la région Nouvelle Aquitaine est caractérisé par les restes du plus grand cataclysme naturel jamais enregistré sur le territoire national : l’impact de l’astéroïde de Rochechouart. Le diamètre du cratère initial pourrait avoir atteint les 50 km, les éjectas et les fractures pourraient s’être étendus sur Nouvelle Aquitaine et sur la périphérie des régions voisines. En fait la taille de l'astéroïde, celle du cratère initial et l'extension des endommagements restent encore mal connus. Seule le remplissage de la partie centrale du cratère est conservé et s'exprime par des laves et des débris. A l’extérieur de cette zone, l’érosion à décapé le remplissage et donne accès aux endommagements sous le cratère.  L’évènement lui-même, ainsi que les implications fondamentales qui s’y rattachent sont  encore mal connus du grand public. Cette conférence sera l’occasion de faire le point sur ce qu’on en connait. On remontera les 200 millions d’années qui nous séparent de l’impact. On verra qu’au-delà de sa reconstitution, ses restes qui recèlent une grande richesse permettent de remonter le temps beaucoup plus loin encore, jusqu’au tout début de l’histoire du Système solaire et même jusqu’à la formation des premières planètes. On verra qu’ils peuvent éclairer les questions fondamentales de l’humanité sur la formation des planètes, leur évolution, leur habitabilité, et même celles de nos origines et de l’émergence de la Vie. On verra que la « cicatrice » de cet événement astronomique unique en France est une ressource patrimoniale exceptionnelle dont l’exploitation et les retombées dépassent largement notre territoire. On verra comment, ensemble, « nous y prendre » pour valoriser cette ressource au bénéfice de tous, à l’échelle locale, nationale et à l'échelle du monde entier. 

14:30 Salle Gaston Berger
L'avenir de la Vie sur Terre  ​ Hubert REEVES

Résumé :

14:45 Salle Louis Armand
 A la recherche des sources de rayons cosmiques d’ultra-haute énergier Kumiko KOTERA

Résumé : La Terre est bombardée de rayons cosmiques d’ultra-haute énergie. Malgré́ des décennies de recherches, l'origine de ces particules reste inconnue. Nous explorerons les pistes théoriques actuelles qui incluent pulsars, sursauts gamma, noyaux actifs de galaxies, et autres phénomènes violents. Pour collecter assez de particules, il faut construire des détecteurs géants. Nous présenterons le futur projet GRAND qui vise à détecter des rayons cosmiques d’ultra-haute énergie et leurs messagers associés (neutrinos, photons) avec un réseau de 200'000 antennes radio sur 200'000 km2. 

15:45 Salle Gaston Berger
MUSE, la machine à explorer le temps. Roland BACON

Résumé : L’instrument MUSE, déployé sur le Very Large Telescope depuis 2014, a révolutionné l’observation astronomique et contribué à de nombreuses découvertes, depuis notre galaxie jusqu’aux objets les plus lointain de l’Univers. L’histoire de cette aventure scientifique, technique et humaine nous est raconté par son concepteur, Roland Bacon, à travers un documentaire réalisé par le CNRS Image. Le film sera complété par la présentation des toutes dernières découvertes de cette extraordinaire machine à remonter le temps.

16:00 Salle Louis Armand
 Rencontre avec une comète : la mission Rosetta/Philae de l'ESA    Sonia FORNASIER 

Résumé : La mission de l'agence spatiale européenne Rosetta/Philae a marqué un tournant dans l'exploration spatiale cométaire. Lancée le 2 mars 2004, la mission s’est mise en orbite autour de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko en Août 2014 et l’a suivi pour plus de 2 ans, permettant ainsi d’étudier le noyau, l'activité cométaire et leur évolution au cours du temps et des différentes distances héliocentriques.  Pour la première fois dans l’histoire de l’exploration spatiale, Rosetta a posé un atterrisseur, Philae, sur une surface cométaire. Les 11 instruments à bord de Rosetta et ceux de l’atterrisseur ont permis d’acquérir une quantité faramineuse des données.  Plus de 80000 images de la comète ont été acquise avec le système d’imagerie OSIRIS avec une résolution spatiale allant de plusieurs mètres jusqu’à quelques centimètres par pixel.  Au cours de cette conférence, je présenterai les principaux résultats scientifiques de cette mission spatiale hors du commun sur la géomorphologie, sur la structure et composition de la comète, et leurs implications sur la formation de notre système solaire

17:15 Salle Gaston Berger
Voyage à travers l'Univers  Christophe GALFARD

Résumé :

17:30 Salle Louis Armand
 Tous les Matins du Monde, Les cosmogonies humaines    Jean-Marc BONNET BIDAUD

Résumé : Si la révolution scientifique moderne est bien née et s'est développée en Europe à partir du XVIe siècle, elle a également puisé ses racines dans des traditions plus anciennes issues de cultures différentes. Ainsi, la révolution de l’héliocentrisme de Copernic est issue d'une lecture critique de textes grecs anciens, produite par des astronomes persans et arabes, eux-mêmes nourris d'échanges avec l'Inde et la Chine. Notre conception moderne de l'Univers repose ainsi sur une pyramide de savoirs lentement élaborés sur l'ensemble du globe. De l'Egypte ancienne jusqu'au monde moderne, on se propose de retisser ces liens invisibles et d'exposer l'unité́ qui sous-tend les questionnements essentiels sur la création du Monde dans les différentes cultures.

Revoir une partie des Conférences de l'édition 2016     Cliquez